The World-Wide Work

Par Ethan Marcotte

Malgré nos rôles et métiers dans la société, nous devons sans cesse nous adapter face aux technologies changeantes.

Il est de notre devoir et responsabilité, nous web designer, de nous assurer que l’évolution du web est sur la bonne voie, que nous trouvons des solutions aux problèmes que l’on rencontre.

Mais comment savoir ce qu’il y a à améliorer ?

Focalisons-nous sur les petits détails

machineacoudre

Ici, nous pouvons apercevoir que l’espace autour de la lettrine n’est pas le même suivant le navigateur que l’on utilise, bien que le code soit le même. En examinant certains problèmes, on peut en faire apparaître d’autres.

En lecture automatique du texte, la lettrine n’est pas reconnue. Cela pose donc problème pour une partie des utilisateurs tels que les aveugles qui auront de ce fait une fausse retranscription des données. Pour y remédier, on pourrait écrire un code mais celui-ci serait beaucoup trop long et complexe. Voilà pourquoi il est nécéssaire de s’attarder sur les petits détails qui nécessitent de gros changements en terme d’évolution du web.

Le pouvoir du design

Comme tout dans le monde, le design peut être influencer, mais il peut également influencer. Il est important de le comprendre car cela lui donne un certain pouvoir.
Les designers doivent réfléchir à l’influence qu’auront leurs créations et ce que celles-ci vont véhiculer comme message, mais pas seulement. En effet, grâce au design, il est possible de cibler un public en particulier, et de ce fait, en exclure une partie. C’est le cas dans beaucoup de créations. Parfois c’est fait intentionnellement, et d’autres fois non.

bridge Northern State Parkway, 1950. Photo via Long Island Portal

1. Le pont de Robert Moses

Ce designer new-yorkais, considéré comme le maître de la construction à l’époque était connu pour être raciste. Il a créé ce pont passant au-dessus d’une route menant à une ville plutôt riche, Long Island. La particularité de ce pont est que celui-ci a été designer en étant assez bas, afin que seuls les voitures puissent rouler en dessous, empêchant ainsi les bus (qui transportent les personnes ne pouvant pas avoir de voitures, donc plus pauvres) de passer.

2. La lettrine

Revenons à notre lettrine vue précédemment. Nous avons analysé le problème de compréhension du contenu que cela engendrait. Cependant nous pouvons également remarquer que le fait de rendre une partie du contenu incompréhensible venait à exclure une catégorie d’individus, ici les aveugles.

Le design a ce pouvoir d’inclure ou exclure des gens.

Depuis quand le web n’est-il plus accessible à tout le monde ?

A la base, le web était un idéal qui serait libérateur pour la population après sa création. Il était censé connecter tout le monde, et tout le monde devait y avoir accès. Mais est-ce vraiment ce qu’il s’est passé ?

Au fil du temps, cet objectif de connecter les gens s’est éloigné puisqu’à l’heure actuelle, il y a encore des populations qui n’ont pas accès au web, ou à tout le contenu que celui-ci propose. En réalité, il a créé des inégalités et peut être utilisé à mauvais escient. Comment ?

Amazon

C’est le cas, par exemple, avec Amazon, qui a mis au point un logiciel de reconnaissance faciale afin de mieux identifier les criminels lors de cambriolages et autres crimes. En réalité, on a pu apercevoir que, les personnes incriminées étaient le plus souvent des personnes de couleurs. Face aux membres du Congrès Américain, ce logiciel aurait identifié 28 personnes comme étant des criminels, et il s’agissait majoritairement de personnes de couleurs.

Google

Autre exemple avec Google. La société a mis au point un projet secret du nom de DragonFly. Il s’agit d’un moteur de recherche tracé et censuré par le gouvernement chinois. Le gouvernement cherche à contrôler le peuple en leur donnant accès à ce moteur de recherche à la place de Google.

Facebook

Il semblerait que parler des scandales récents de la boîte bleue tels que les vols de données personnelles, la vente de données dites secrètes à des entreprises, etc. soit suffisant.

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

Ursula Franklin, auteure et physicienne, a analysé la technologie et en a conclu que ce n’était pas quelque chose d’abstrait, mais qu’il s’agissait plutôt d’une force sociale qui passe par les mêmes étapes de vie que tous les autres types de technologies, à savoir :

1. Préconiser

L’espoir défini par l’accessibilité au web pour tous.

2. Adoption

La naissance d’infrastructures pour supporter cette technologie.

3. Institutionnalisation

Elle devient nécéssaire à l’économie et stagne car la technologie se retrouve dans les mains de seulement quelques personnes par rapport au monde.

Le fait principal étant que les promesses initiales n’aient pas été respectées, passant de la libération personnelle au besoin d’efficacité avant tout.

bridge

À l'époque, la machine à coudre était un objet personnel que tout le monde allait pouvoir se procurer afin de s'éloigner un petit peu de la pauvreté et qui allait également permettre aux femmes de libérer. La réalité a fait que, à la place, il a été industrialisé, remplaçant au fil du temps l’humain par la technologie, jusqu’à l’exploiter.

Pour le web, c’est pareil, les promesses n’ont pas été tenues puisqu’à l’heure actuelle, on retrouve des intelligences artificielles qui font le travail que des humains, jadis, faisaient. L’ironie du sort est telle que ce sont ces mêmes humains qui, aujourd’hui, forment les algorithmes que les machines utiliseront demain afin de les remplacer (exemple : un homme filtre chez Facebook les contenus indésirables, créant ainsi un algorithme que la machine pourra utiliser dans peu de temps à sa place).

Prenons un autre exemple chez Netflix : le travail d’un web designer pourrait être de créer de belles compositions visuelles avec les affiches de films et séries disponibles. Pourtant, c’est un algorithme qui le fait.

Nous avons aussi le fait que pour réaliser des wireframes papier, il est nécéssaire pour un designer graphique de passer par Sketch, par exemple, comme logiciel avant de pouvoir concrétiser sa création finale. Aujourd'hui, il existe un logiciel capable de réaliser le wireframe à la place du designer. Le travail a été automatisé, bien que ce soit une étape très importante dans l’étape de création d’un projet.

L’automatisation a amené l’exploitation par le travail pour les travailleurs vulnérables ainsi que la délocalisation et l’élimination des emplois.

Quelles solutions ?

Il serait envisageable de redesigner notre industrie afin que les choses soient plus équitables tout en étant plus solidaires. Pourquoi pas envisager de créer une union qui permettrait aux employeurs de négocier avec les employés et qui assurerait que nous travaillons ensemble afin de nous protéger mutuellement et de nous assurer que l’évolution du web est sur la bonne voie.